Trouver un installateur
près de chez vous

carte de France

Saisissez votre code postal :
 
Ou séléctionnez un département :

Newsletter ÉcoEnergie

Quelle solution pour
votre habitation

Rejoignez notre reseau

Vous êtes un professionnel qualifié dans les secteurs de l'isolation et des énergies renouvelables et souhaitez rejoindre notre réseau d'installateurs ?

Actualités evenements

Le prix Pinocchio décerné aux mauvais élèves du développement durable

22 novembre 2013

Moins médiatisé que le prix Nobel, beaucoup moins glamour que la remise des prix lors de la cérémonie des Oscars, le prix Pinocchio du développement durable « récompense » les multinationales qui communiquent sur leurs actions, supposées promouvoir le développement durable, et qui en réalité ont des impacts négatifs sur l’environnement et sont menées au détriment des droits humains. Trois mauvais élèves au piquet pour cette 5ème édition : Auchan, Areva et Veolia.

Les juges ne sont ni plus ni moins des internautes qui votent par le biais du site internet des Pinocchio. Un excellent cru pour 2013, puisque 40 000 personnes se sont mobilisées pour partager leur avis, deux fois plus que l’année précédente. Les prix Pinocchio du développement durable ont été créés par les Amis de la Terre, une association à but non lucratif et indépendante qui promeut la protection de l’Homme et de l’Environnement.

Le malheureux vainqueur est… roulements de tambour

Non sans une pointe d'humour caustique, on distingue trois catégories :

  • Catégorie « Mains sales, poches pleines », ce prix est attribué à l’entreprise qui a menée la politique de financement la plus opaque. Le vainqueur du prix de cette catégorie est Auchan pour son refus de reconnaître sa part de responsabilité dans l’effondrement d’une unité de production de Rana Plaza au Bengladesh, accident qui a coûté la vie à 1133 personnes. Des étiquettes de la marque Auchan auraient été retrouvées dans les décombres, selon les organisateurs du prix.

 

  • Catégorie « Plus vert que vert » récompense la campagne de communication la plus trompeuse, l’entreprise communique sur sont implication dans le développement durable, alors que ses actions n’ont rien d’écologique. C’est Areva qui a remporté la majorité des votes, pour avoir ouvert un musée à la gloire des mines d'uranium sur un ancien site minier contaminé de haute Vienne

 

  • Catégorie « Une pour tous, tout pour moi ! » dénonce la politique la plus agressive en terme d'appropriation, de surexploitation ou de destruction des ressources naturelles. Là, c’est Véolia qui a remporté la majorité des voix pour ses projets de privatisation de l'eau en Inde.

 

Epingler les multinationales pour leur communication mensongère

Depuis l’émergence du concept de Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises (RSEE) sur le plan mondial, les multinationales se servent du concept de développement durable à tour de bras pour dorer leur image et séduire leurs actionnaires, clients, les politiques et les populations locales alors qu’en réalité, leurs promesses ne sont que théoriques et qu’elles ne sont pas réprimées en cas de non respect de leurs engagements.

L’association tente ainsi de rétablir un équilibre entre l’inefficacité des décisions non contraignantes prises par les organisations internationales et l’impunité des multinationales qui profitent des vides juridiques des pays dans lesquels elles s’implantent. Les multinationales incriminées démentent ces affirmations et défendent le bien fondé de leur politiques environnementales. Les membres de l’association quant à eux sont convaincus qu’en s’attaquant à l’image des multinationales, ils contribuent au changement des comportements des entreprises.

"Cette année, les Prix Pinocchio interviennent au moment même où une proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales est déposée à l’Assemblée Nationale. C’est un premier aboutissement du combat mené de longue date par la société civile, notamment Les Amis de la Terre, Peuples Solidaires et le CRID. Nous espérons vivement que les parlementaires et le gouvernement sauront maintenant résister aux pressions des lobbies et que cette loi sera votée et mise en œuvre rapidement, ouvrant enfin la voie à la reconnaissance de la responsabilité légale des maisons-mères des multinationales sur leurs filiales et sous-traitants” a déclaré Juliette Renaud, chargée de campagne sur la Responsabilité sociale et environnementale des entreprises aux Amis de la Terre.


Vous avez aimé ce contenu ?
Partagez-le avec votre réseau :
Aucune réaction n'a encore été déposée.

Ajouter une réaction :
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

Voir toutes les Événements


Copyright © 2018 - Éco Energie Solutions - Tous droits réservés - Mentions légales

Site internet créé par l'agenceDécrocher la Lune :: Conception et Création de solutions digitales sur mesure